Résultats 1 pour

"paul eluard 1895 1952 xiii amoureuse au secret"

Paul Éluard. (1895-1952 ) Mourir De Ne Pas Mourir. (1924)
Mourir De Ne Pas Mourir. (1924) Je meurs... Pour tout simplifier je dédie ce livre à André Breton P. E.
Paul Éluard. (1895-1952 ) XIII Je sors des caves de l’angoisse.
XIII Je sors des caves de l’angoisse. Je sors des caves de l’angoisse Des courbes lentes de la peur Je tombe dans un puits de plumes Pavots je vous retrouve Sans ysonger Dans un miroir fermé Vous êtes aussi beaux que des fruits Et si lourds ô me
Paul Éluard. (1895-1952 ) Les Petits Justes. II
II Pourquoi suis-je si belle? Parce que mon maître me lave.
Paul Éluard. (1895-1952 ) Chien I.
Chien I. Chien chaud, Tout entier dans la voix, dans les gestes De ton maître, Prends la vie comme le vent, Avec ton nez. Reste tranquille.
Paul Éluard. (1895-1952 ) L’Égalité Des Sexes.
L’Égalité Des Sexes. Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard Ni connu la beauté des yeux, beauté des pierres, Celle des gouttes d’eau, des perles en placards, Des pierres nues et sans squelette, ô
Paul Éluard. (1895-1952 ) La Rivière.
La Rivière. La rivière que j’ai sous la langue, L’eau qu’on imagine pas, mon petit bateau, Et, les rideaux baissés, parlons.
Paul Éluard. (1895-1952 ) Cheval.
Cheval. Cheval seul, cheval perdu, Malade de la pluie, vibrant d’insectes, Cheval seul, vieux cheval. Aux fêtes du galop, Son élan serait vers la terre, Il se tuerait. Et, fidèle aux cailloux, Cheval seul attend la nuit Pour n’être pas
Paul Éluard. (1895-1952 ) Max Ernst.
Max Ernst. Dans un coin l’inceste agile Tourne autour de la virginité d’une petite robe. Dans un coin le ciel délivré Aux épines de l’orage laisse des boules blanches. Dans un coin plus clair de tous les yeux On attend les poissons
Paul Éluard. (1895-1952 ) Fuir.
Fuir. L’araignée rapide, Pieds et mains de la peur, Est arrivée. L’araignée, Heureuse de son poids, Reste immobile Comme le plomb du fil à plomb. Et quand elle repart, Brisant tous les fils, C’est la poursuite dans le vide Qu’il faut
Paul Éluard. (1895-1952 ) Araignée.
Araignée. Découverte dans un oeuf, L’araignée n’y entrera plus.
Paul Éluard. (1895-1952 ) L’Unique.
L’Unique. Elle avait dans la tranquilité de son corps Une petite boule de neige couleur d’oeil Elle avait sur les épaules Une tache de silence une tache de rose Couvercle de son auréole Ses mains et des arcs souples et chanteurs Brisaient la
Paul Éluard. (1895-1952 ) II Au premier éclat.
II Au premier éclat. Au premier éclat, tes mains ont compris - Elles étaient un rideau de phosphore - Elles ont compris la mimique étoilée De l’amour et sa splendeur nocturne, Gorge d’ombre où les yeux du silence S’ouvrent et se donnent en mille
Paul Éluard. (1895-1952 ) Plus Près De Nous.
Plus Près De Nous. Courir et courir délivrance Et tout trouver tout ramasser Délivrance et richesse Courir si vite que le fil casse Au bruit que fait un grand oiseau Un drapeau toujours dépassé.
Paul Éluard. (1895-1952 ) IV Les Espoirs les désespoirs.
IV Les Espoirs les désespoirs. Les espoirs, les désespoirs sont effacés, Les règnes abolis, les tourments, les tourmentes Se coiffent de mépris Les astres sont dans l'eau, la beauté n'a plus d'ombres, Tous les yeux se font face et des regards
Paul Éluard. (1895-1952 ) Les Petits Justes. III
III Avec tes yeux je change comme avec les lunes Et je suis tour à tour et de plomb et de plume, Une eau mystérieuse et noire qui t’enserre Ou bien dans tes cheveux ta légère victoire.
Résultats 1 à 15 sur 1267
pour "paul eluard 1895 1952 xiii amoureuse au secret"
Discussion en cours
Discussion en cours
Discussion populaire
Discussion populaire
Discussion sans réponse
Discussion sans réponse
À voir aussi
more_less